BLOG

Liste des documents

EXISTE T'IL DES EXPATRIATIONS PLUS FACILES POUR LES CONJOINTS

EXISTE T'IL DES EXPATRIATIONS PLUS FACILES POUR LES CONJOINTS

Après 9 mois d’expatriation en Belgique et la réalisation d’ateliers de développement personnel « donner du sens à mon expatriation » destinés à des conjoints d’expatriés, le constat peut surprendre : la Belgique n’est pas à proprement parlée une expatriation plus facile pour les conjoints.

La Belgique n’est pas considérée comme un pays d’expatriation mais plutôt un pays pour « exilés fiscaux ». La proximité avec la France et le fait que ce soit un pays francophone ont déjà une incidence sur le comportement, les « à priori », et les attentes des expatriés et celles de leurs conjoints.

Cette « expatriation » (en contrat local ou contrat d’expatrié) est souvent moins anticipée, moins préparée car « considérée comme facile ». Les Belges sont souvent assimilés à des français par les français arrivant en Belgique

Mais la Belgique n’est pas la France : les mœurs et coutumes sont différents. Un certain langage, la culture, l’histoire sont spécifiques et propres à ce pays qui est la Belgique. Un livre intitulé « Comment parler le belge et le comprendre (ce qui est moins simple) » écrit par un auteur belge se vend en ce moment dans toutes les librairies de Bruxelles….. Le conjoint d’expatrié en Belgique est confronté aux mêmes problématiques d’adaptation que toute expatriation engendre: adaptation à la vie locale, la création de nouveaux repères, de nouvelles structures, de nouvelles connaissances et le choc culturel. Quelle surprise ce choc culturel !!! « Qui aurait pu imaginer que je subirais un choc culturel à Bruxelles ? »……..

Au niveau de l’intégration :

Les familles françaises d’expatriés, du fait de la proximité de leur pays d’origine, profitent des jours fériés, des vacances, pour rentrer en France (parfois même le weekend) …… et ils mettent inévitablement plus de temps à s’adapter.

Les nomades qui ont vécu de nombreuses expatriations ont souvent un sentiment d’isolement plus important, car l’entraide est moins forte au sein de la communauté. Les relations sont plus diffuses et si le conjoint, nouvel arrivant, qui ne travaille pas, ne va pas vers les autres il peut rapidement se sentir très seule dans une ville où pourtant les habitants parlent le français….paradoxe

Et à qui en parler sans faire sourire ?...

Au niveau professionnel :

Le marché de l’emploi a des caractéristiques spécifiques liées au pays.

Si à Bruxelles on parle le français, le pays est à 58% néerlandophone et il est nécessaire, comme dans tout autre pays, de pouvoir travailler en anglais. Contrairement aux idées reçues, le salarié en Belgique est fortement imposé : retenu à la source, l’impôt sur le revenu est d’environ 50% !!!

Le mi temps est difficile à trouver en revanche à la différence de la France, le télétravail est très développé et le travail temporaire est bien considéré…même pour les postes de cadres.

Toute expatriation est unique avec ses caractéristiques spécifiques. Il n’y a pas d’expatriation plus facile, de choc culturel plus doux ou d’isolement moins forts.

Anticiper, bien préparer son expatriation et cela quelque soit la destination, communiquer, partager avec d’autres ses difficultés et donner du sens à son expatriation son les clefs de voûtes d’une expatriation réussie

C.LazBounatirou

Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon dont nous pouvons vous accompagner dans votre transition grâce au coaching, contactez-nous ou écrivez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

LA VRAIE EXPATRIATION, C'EST LE RETOUR
LES FEMMES EN EXPATRIATION DOIVENT OSER !